Harley-Davidson Sportster Iron 883 by 56 Motorcycles – Mad Max !

Tom de 56 Motorcycles a débuté par la préparation de petites cylindrées, mais a toujours eu une attirance pour le tout terrain. Depuis son plus jeune âge il pratique le motocross, aussi, lorsqu’il décide de préparer un Sportster, il l’oriente naturellement sur le créneau du scrambler, un style brut qui lui va plutôt bien.

Le Sportster de Harley-Davidson a fait l’objet de centaines voire de milliers de transformations, dans de multiples styles suivant de nombreuses tendances. La mode est actuellement au scrambler, ce qui n’a pas échappé à Tom de 56 Motorcycles, spécialiste en la matière dans la mesure où ce qu’il affectionne par-dessus tout, c’est le motocross. S’il n’a aucun mal à préparer toutes sortes de machines, à l’image des Honda Cub qu’il a su réinventer, le jeune préparateur parisien garde une certaine prédisposition à installer des pneus à pavés sur les motos. D’ordinaire, il aime à prendre un trail pour en faire un tracker voire un café racer. Pour cette prépa, il a tout simplement emprunté le chemin inverse, partant d’un modèle de route typé custom pour le transformer en scrambler pur et dur. Et mine de rien, c’est un look qui lui va bien. Pour la petite histoire, son ami Jonas avait laissé sa belle américaine, raide de neuve, à Tom le temps d’un long séjour en Australie. A son retour, le 883 n’avait plus vraiment la même esthétique, mais devant le produit fini, son propriétaire n’a pu que s’incliner !

Le modèle étant neuf, Tom a dû se creuser la tête pour obtenir un maximum de style tout en conservant l’essentiel des éléments d’origine comme le moteur et le cadre. Inutile de toucher à ces derniers ! Seul le filtre à air a été remplacé par un Kuryakyn Mach 3, à la fois esthétique et performant tandis que la ligne d’échappement d’un noir intense est signée Freedom Performance. Inutile de préciser que le 883 a ici de quoi donner de la voix et gagne en style, la ligne d’origine terminant sa course à l’extrémité de la roue arrière. Outre la mécanique, Tom n’a pas non plus touché au freinage qui certes, d’origine, ne fait pas preuve d’un grand mordant mais est amplement suffisant pour dompter les quelques 54 ch de l’Iron. Là où il a tenu à concentrer ses efforts, c’est sur la suspension, élément essentiel dans la préparation d’un scrambler. Exit les amortisseurs arrière d’origine, des éléments à bonbonne séparée de chez Progressive Suspensions, plus fermes et plus longs, font bien mieux l’affaire. D’autant que leur angle d’inclinaison, plus ouvert, permet de rehausser l’arrière de la machine et ainsi améliorer l’assiette. La fourche reste quant à elle d’origine, à l’instar des jantes à bâtons qui, curieusement, pourraient passer pour des modèles de tout terrain. Tom les a chaussées d’imposants pneus à pavés typés enduro, histoire d’offrir le meilleur look de scrambler possible à la H-D. En optant pour ce type de monte, il augmente par la même occasion la garde au sol de la machine.

Le grand plaisir de Tom, c’est d’enlever un maximum de pièces qu’il juge superflues ou de les réduire à leur strict minimum, il appelle ça le « style pirate », même si le terme Mad Max semble plus approprié ici. Et sur ce Sportster il s’est bien lâché. Le garde-boue avant a été purement et simplement supprimé, tandis qu’à l’arrière la pièce a été remplacée par un minuscule modèle en fibre. Le guidon large Biltwell accueille des poignées Motogadget avec clignotants intégrés, ainsi que le compteur, les leviers, les commodos et rétros d’origine, mais tout est intégré. Pas un seul fil ni un seul câble ne dépasse, c’est finement joué. Enfin le feu avant parfait le look scrambler par l’adoption d’une grille de protection. La selle a été entièrement conçue sur mesure par SQP Motors afin d’épouser au mieux le cadre et surtout une plus grande surface d’assise qu’à l’origine. Enfin, l’élément qui attire l’œil, le réservoir acier, est la seule pièce un peu colorée sur cette prépa. Son bosselage latéral offre un peu de relief et parfait le style de la machine. Ainsi doté, le Sportster a gagné en légèreté et en maniabilité. Tom a su conserver l’esprit de l’Iron voire même à accentuer son côté « dark side » sans en faire des tonnes, c’est simple mais efficace, et cela risque fort de donner des idées à nombres de propriétaires de H-D.

 

Base Harley-Davidson Sportster Iron 883 (2012) – estimation : 16 000 euros environ base incluse

Moteur stock neuf

Filtre à air Kuryakyn Mach 3

Réservoir custom acier

Guidon Biltwell Scrambler

Poignées Motogadget avec clignotants intégrés

Grille de feu AV

Clignotants AR Rizoma Club S

Selle sur mesure SQP Motor

Garde-boue AR en fibre

Repose-pieds AV/AR Roland Sands Design

Ligne d’échappement Freedom Performance

Amortisseurs AR Progressive Suspensions

Jantes à bâtons stock

Pneu AV Mitas E-09 en 100/90 R19

Pneu AR Golden Tyre GT200 Enduro On/Off en 4 x 19 et 5 x 18

Denver

Animé par la passion du journalisme depuis une quinzaine d'années, Denver est rédacteur en chef d'un magazine sur la moto de caractère, journaliste-essayeur dans l'auto et fondateur du webzine Denver's Garage.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *