Harley-Davidson Dyna Low Rider S : de la dynamite !

Sous ses airs de machine des 70’s, la Dyna Low Rider S cache un tempérament de feu comme sait nous concocter Harley-Davidson dans les grandes occasions. Elle intègre un 110 ci tout ce qu’il y a de plus moderne et pêchu pour des performances au top, le tout sans oublier un minimum de style : un guidon drag bar haut surmonté d’une petite tête de fourche, de sublimes jantes à bâtons, et une selle solo ultra-basse pour avoir l’impression d’être directement installé sur un bâton de dynamite.

La firme de Milwaukee joue depuis toujours sur le look old-school de ses machines, souvent inspirées de son glorieux passé, la dernière Dyna n’échappe pas à la règle. Dernière née de la gamme, la Low Rider S cultive son look des années 1970 ! Il est vrai qu’au premier coup d’œil, la belle peut laisser planer le doute. Déjà la version de base jouait le jeu avec des jantes à rayons Mag, une selle enveloppante ultra-basse, un guidon assez haut, une petite casquette de phare, une débauche de chrome et une longue ligne d’échappement. Dans cette version spicy, la Low Rider opte pour un style 100% black, des jantes à bâtons en alu coulé Magnum Gold rappelant les voitures de sport des années 1970, une tête de fourche enveloppant le phare, des garde-boues tronqués et un Screamin’ Eagle aux arêtes polies. On croirait voir la mythique XLCR Café Racer de 1977 ! Elle en reprend d’ailleurs le fameux médaillon de réservoir. Le style certes, mais pas au détriment de la conduite, voilà ce que propose intelligemment la Dyna Low Rider S, puisque la position du pilote est plutôt naturelle, similaire à celle de la Low Rider classique, et toujours en solo. On est certes assis bas, mais dès les premiers tours de roue on est très à l’aise. L’assise est hyper confortable, le guidon bien pensé pour manœuvrer à basse vitesse, ne reste plus qu’à s’attaquer aux petites routes de Provence, c’est d’ailleurs ce que nous avons fait sans complexe !

Easy rider

On connait le caractère bien trempé de la Low Rider et son Twin Cam 103, plutôt pas mal notamment sur les petites routes, mais dans cette version S au Screamin’Eagle 110 survitaminé, on entre dans une toute autre galaxie. Le bloc de 1801 cm3 ne manque ni de coffre ni d’allonge, on l’a vu sur les Softail Slim S et Fat Boy Special où il ne se montrait en rien avare en sensations ! Il est ici doté d’une admission d’air Screamin’Eagle Heavy Breather et d’un échappement spécifique 2-en-2 issu du Fat Bob pour un rendement optimal. Chaque rotation de la poignée droite apporte son lot de « good vibrations », et on se surprend à sourire bêtement à chaque sortie de virage tant le couple fourni est impressionnant. La partie-cycle a quant à elle été revue, avec une fourche optimisée par une cartouche Premium Ride et des combinés du même nom à l’arrière. On retrouve le même plaisir que sur une machine d’époque, la maniabilité en plus ! Un ensemble particulièrement cohérent, dommage que les repose-pieds soient installés si bas… Cela en devient presque frustrant car tout est là, du caractère moteur à l’efficacité de la partie-cycle, le comportement dynamique est optimal mais on est vite rattrapé par la garde au sol limitée. Après tout, c’est peut-être un mal pour un bien, car on se sent vite pousser des ailes de rebelle ! Le freinage demeure efficace, avec toujours l’ABS en dernier recours.

Du style

Pour ne rien gâcher, la finition est soignée, on apprécie les petites attentions apportées par la firme comme l’habillage du réservoir. Ce dernier intègre au centre le bloc compteur avec rapport de vitesse engagé, et le compte-tour. De part et d’autre, on trouve le bouchon de remplissage chromé auquel une serrure n’aurait pas été de trop, et à l’opposé son jumeau, factice, qui intègre la jauge. C’est finement joué ! Inutile de chercher le contacteur, le démarrage s’effectue sans clé, via un transpondeur. Cela permet notamment de libérer l’espace au niveau du guidon. Avec sa Dyna Low Rider S proposée à près de 3 200 euros de plus que la version classique, H-D propose aux nostalgiques des modèles des 70’s, qui n’ont plus la patience de mettre les mains dans la mécanique, une alternative moderne et survoltée. Il va de soi qu’un tel modèle s’arrache sur le marché, preuve en est, la plupart des unités commandées par les concessionnaires sont d’ores-et-déjà venues. Attention, futur collector !

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Fiche technique

Harley-Davidson Dyna Low Rider S
Moteur : Bicylindre en V culbuté, 4 temps, refroidissement par air
Distribution : Double arbre à cames, 2 soupapes par cylindre
Cylindrée : 1 801 cm3 (110 ci)
Alésage x course : 101,6 x 111,1 mm
Ratio de compression 9,2 : 1
Alimentation : Injection électronique séquentielle
Couple maxi : 156 Nm à 3 500 tr/min
Embrayage : Multi-disques à bain d’huile
Transmission finale : Par courroie
Boîte : 6 rapports
Cadre : Double berceau tubulaire en acier
Suspension AV : Fourche téléhydraulique de diam. 49 mm
Suspension AR : Double amortisseur
Frein AV : Double disque de 300 mm avec étrier à 4 pistons
Frein AR : Simple disque de 292 mm avec étrier à 2 pistons
Pneu AV : 100/90 B 19
Pneu AR : 160/70 B 17
Angle de chasse / Chasse : 30,5° / 128 mm
Empattement : 1 630 mm
Hauteur de selle : 685 mm
Capacité du réservoir : 17,8 l
Poids à sec : 293 kg
Prix : 19 290 euros

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Denver

Animé par la passion du journalisme depuis une quinzaine d'années, Denver est rédacteur en chef d'un magazine sur la moto de caractère, journaliste-essayeur dans l'auto et fondateur du webzine Denver's Garage.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *